Depuis maintenant 4 jours, forains et circassiens s’opposent aux forces de l’ordre et à la municipalité paloise de François Bayrou. La cause du litige ? La place de Verdun en cours de réhabilitation, totalement impropre à l’installation de la fête foraine selon la mairie de Pau.

Ne l’entendant pas de cette oreille, les manifestants ont filtré et bloqué le trafic routier au centre-ville de l’agglomération, sur la rocade et sur l’autoroute depuis mercredi dernier.

Aujourd’hui, les manifestants ont déjà investi l’autoroute reliant Toulouse à Bayonne. Mais, alors qu’hier encore, l’A64 baignait dans la fumée noire des pneus brûlés sur le macadam, images relayées en boucle par les médias régionaux et nationaux, les choses semblent maintenant plus sereines. Circassiens et forains sont déjà installés sur l’autoroute du nord de Pau depuis ce matin et semblent monter leurs installations foraines.

Le porte-parole des manifestants, Norman Bruch, explique ce revirement de situation :

Plutôt que de bloquer les gens et de brûler des pneus, on s’est dit qu’il fallait redonner aux palois l’envie de venir à la fête foraine, afin qu’ils soutiennent notre cause auprès de François Bayrou.

Du coup, on a monté nos manèges ici, sur l’autoroute.

L’idée, loin d’être ridicule, permet aux manifestants de continuer leur bras de fer avec la municipalité tout en renouant avec le public.

Le leader des forains, en bon Monsieur Loyal, a même prévu un autre coup de pub, qu’il officialise au micro de BFM TV :

Cette année, la fête foraine de Pau se fait sur les voies de l’A64.

Et comme on vous a bloqué pendant 3 jours, on vous offre 3 tickets de manège par personne !

A en juger par la foule compacte devant les manèges, l’annonce n’est pas passée inaperçue ; petits et grands sont de la partie avec le soleil en prime.

De son côté, la gendarmerie a mis en place une déviation pour éviter la portion d’autoroute occupée. Des ralentissements sont à prévoir mais la circulation reste beaucoup plus fluide que durant les 3 premiers jours de blocage, selon Bison futé.

Le maire François Bayrou salue cette trouvaille qui rétablit un climat serein autour des négociations. Comment les choses évolueront par la suite ? Aucune idée mais, pour l’instant, l’heure est à la détente, au grand dam d’ASF. Prenez une pomme d’amour et des churros puis baladez-vous entre les stands de barbe à papa, les auto-tamponneuses et les manèges à sensation. Avouez que, pour une fois, on se sent tranquille et serein sur la Pyrénéenne.

Vous avez aimé ? Partagez l'esprit Potinfaux autour de vous !