Alors qu’il rentrait chez lui après une soirée (très) arrosée dans Paris, un jeune homme de 23 ans a fait une rencontre peu commune… un bonhomme de neige !

L’alcool aidant, les deux « bonhommes » ont engagé la conversation, rapidement rejoints par un second bonhomme.

Il nous raconte (le jeune homme, pas le bonhomme de neige… ça ne parle pas un bonhomme de neige) :

Je me trouvais là, j’avais vraiment beaucoup bu… les soirées rue de la Huchette finissent toujours comme ça !

C’est en sortant du RER que je l’ai vu… je me suis cru dans la Reine des Neiges en face d’Olaf… sauf que là c’était vrai !

Il m’a abordé (le bonhomme de neige) et m’a demandé ce que je faisais là, tout seul, dans la nuit ?

Pour des raisons évidentes, nous ne donnerons pas les détails de l’agression qui suivra cette question… mais notre victime accepte de nous confier son ressenti :

Ce n’est pas un épisode facile à vivre… la police est bien embêtée car mes agresseurs se sont fondus dans la foule dès qu’ils en ont eu finis avec moi.

Concernant l’agression elle même ? C’était froid et j’ai eu peur. J’avais des symptômes grippaux, de la fièvre, des courbatures. J’ai cru à une MST mais c’est juste une pneumonie – et j’ai le *** qui fait des glaçons…

Une source du dossier rapporte que des semences de bonhomme de neige et de carottes auraient été retrouvées dans son rectum, étayant la thèse du double viol. La victime, en état de choc thermique, affirme avoir entendu un « Oh oh oh » grave et sonore pendant l’acte.

Selon toute vraisemblance, en voici un qui ne remangera pas de Mister Freeze de si tôt 😉

Vous avez aimé ? Partagez l'esprit Potinfaux autour de vous !